« J’avais été amenée à intervenir auprès d’une famille… La fille avait neuf ans, et présentait un cas d’autisme plutôt sévère : pas de langage, de terribles accès de colère, au point de battre sa mère et de la laisser meurtrie. L’enfant me fut envoyée, et nous fîmes d’intenses séances pendant un mois, généralement à raison de deux fois par jour. Quand nous eûmes terminé, elle était capable de prononcer des phrases de cinq mots, ne piquait plus de crises de colère, était devenue propre, et pouvait regarder et changer elle-même ses propres vidéos. Cela représentait un changement colossal pour cette famille ! Le comportement de cette enfant s’était considérablement amélioré ; elle faisait des nuits complètes et se sentait heureuse dans la journée. Ses capacités cognitives ont drastiquement changé à la maison, comme à l’école. »